Comment fonctionne une voiture électrique ?
Place à l’électrique ?

De plus en plus présentes sur nos routes, les voitures électriques embarquent des technologies récentes au sein même de leur habitacle. Les variantes existent et les consommateurs se ruent de plus en plus vers ces voitures dites « propres », notamment grâce aux aides d’État offertes dans certains pays. Pour les citadins, la voiture électrique semble être le futur proche de l’automobile, mais comment fonctionne un moteur électrique ?

Une technologie minimaliste

Le principe est vieux comme Hérode et les notions d’énergie mécanique et cinétique entrent en vigueur dans la compréhension du fonctionnement d’un moteur électrique. Pour pouvoir emmagasiner de l’énergie, il est évident que les moteurs nécessitent des batteries. Souvent disposées en plusieurs packs ou blocs, les batteries sont un poids supplémentaire sur la voiture, ce qui explique le poids bien supérieur des gammes électriques comparé aux véhicules plus classiques, aux moteurs thermiques. Le courant alternatif, primordial au bon fonctionnement du moteur est créé de matière très simple grâce à deux éléments dont les noms pourraient bien vous rappeler vos cours de physique. Le stator est un champ magnétique fixe autour duquel, le rotor tourne.

Par ce mouvement électro-aimanté, un champ magnétique est créé et permet la conception d’énergie. Cette même énergie est transformée grâce à un alternateur et permet à la voiture d’avancer. Les batteries, selon leur puissance et capacité de stockage, sont donc indispensables à la création de cette énergie. Voilà pourquoi une recharge équivaut vulgairement à un plein de carburant sur un moteur thermique. 

Pour pousser la comparaison entre voiture thermique et électrique, la notion de frein moteur est comparable sur un véhicule à batterie. En relâchant l’accélérateur sur une telle voiture, l’énergie mécanique peut toujours par le biais de l’alternateur, être stockée en électricité au sein de la batterie.

La variante de l’hybride 

La variante de l’hybride
Toyota fait figure de leader en matière d’hybride

C’est une technologie deux-en-un qui est la vraie réussite du marché automobile ces dernières années. Le conducteur profite de deux moteurs distincts au sein de son véhicule. L’un est thermique, l’autre est purement électrique. Liés entre eux, les deux moteurs fonctionnent en alchimie selon les besoins et les possibilités de l’instant. À faible vitesse, le moteur électrique entre en action avant que la traction ou propulsion de la voiture ne vienne se faire grâce au moteur thermique, la plupart du temps en vitesse de croisière, au-delà de 50 kilomètres par heure. Un ordinateur prenant en compte toutes les informations en temps réel des deux moteurs et des besoins de la voiture répartit lui-même l’utilisation de chaque moteur. La consommation en carburant est donc très faible grâce à cette précision. 

La plupart des véhicules hybrides du parc français sont désormais des hybrides dites classiques. Ces voitures représentent réellement l’avenir grâce à une capacité de recharge autonome, produite toujours grâce à l’énergie mécanique au moment du freinage ou de lâcher la pédale d’accélérateur.  L’hybride rechargeable a, elle, la possibilité d’être rechargée comme une voiture électrique, sur secteur. 

Le monde du sport n’y échappe pas 

Le développement durable est bien heureusement l’un des enjeux majeurs de ce 21ème siècle et tout le monde participe à sa manière, à une avancée globale. Si diverses associations cherchent à sensibiliser chaque jour la population aux enjeux d’une telle lutte contre le réchauffement climatique, notamment en participant au fameux jour de la Terre chaque année, certaines prennent des engagements en matière d’innovation.

Ce fut notamment le cas de la FIA (Fédération Internationale Automobile) il y a plusieurs années, lorsqu’elle a lancé un championnat de courses de voitures totalement électriques. En créant la Formule E, la recherche de l’innovation « propre » était encore plus mise en avant et permet désormais de connaître des résultats sur les voitures de tourisme. À l’image de ce que la catégorie reine, la Formule 1, fait depuis des décennies avec les voitures commerciales. Depuis ont suivi d’autres catégories de sports mécaniques, notamment en championnat moto. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici