La contre-visite du contrôle technique : est-elle payante ?

Seuls ceux dont le véhicule a été recalé lors d’un contrôle technique savent ce que veut réellement dire la contre-visite ainsi que les obligations qui en résultent. Elle consiste à soumettre une seconde fois la voiture à un examen, une fois que les réparations requises en vue des défaillances majeures ou critiques constatées pendant le premier contrôle auront été effectuées. Cette obligation est sanctionnée par une amende ou le repassage d’un nouveau contrôle technique après expiration d’un délai de deux mois.

La Contre-visite du contrôle technique : détails sur les frais

Bien qu’elle soit la conséquence d’un premier contrôle technique déjà payant, la contre-visite n’est pas gratuite. Les frais sont, toutefois, moins importants que ceux du contrôle technique, qui oscillent entre 70 et 90 euros. Pour une contre-visite, il faut prévoir une somme entre 15 et 40 euros en moyenne. La variation du prix dépend de plusieurs critères.

  • Le type de voiture : le gabarit et l’utilité de la voiture sont les principaux facteurs de variation des frais de la contre-visite. Un véhicule utilitaire n’est pas contrôlé au même prix que le 4×4, le camping-car et encore moins le poids lourd.
  • La ville : le prix posé par le centre de contrôle dépend du niveau de vie de la ville concernée et des différents tarifs des services proposés sur les lieux.
  • Le centre de contrôle : chaque centre de contrôle peut également prévoir ses propres tarifs. Ils varient donc d’un centre à un autre.
  • L’alimentation du véhicule : les sommes requises pour une contre-visite de voiture électrique, hybride, essence ou diesel ne sont pas toutes identiques.
  • La nature de la contre-visite : il est possible de procéder à une contre-visite simple, étendue, externe ou à une contre-visite visuelle, complète, un banc, deux bancs, voire plus.
  • Le type de transmission du véhicule : s’agit-il d’une voiture à traction, à transmission intégrale ou à propulsion ?
Pour aller plus loin :  Qui est Sévérine Meny ?

L’État ne fixe aucun prix en ce qui concerne la contre-visite. Le centre de contrôle est donc libre de déterminer le coût de la contre-visite du contrôle technique, en prenant en compte ces paramètres. Le propriétaire de véhicule voulant procéder à une contre-visite devra demander un devis selon les caractéristiques de son véhicule et du type de visite requis.

Quand la contre-visite est-elle obligatoire ?

Quand la contre-visite est-elle obligatoire ?

Tout le monde n’est pas tenu de procéder à une contre-visite de contrôle technique. Elle est uniquement obligatoire pour les véhicules sur lesquels des défaillances ont été constatées lors du contrôle technique.

On distingue deux types de défaillances rendant indispensable la réalisation d’une contre-visite :

  • Les défaillances majeures :
  • Les défaillances critiques

Les défaillances majeures mettent en cause la sécurité du conducteur et des usagers de la route. Sont catégorisés parmi ces anomalies le dysfonctionnement des éclairages de la voiture, l’usure de la carrosserie, l’usure des plaquettes de frein, les fissures au niveau du pare-brise… Avec les défaillances critiques, le danger est bien présent pour le conducteur et les usagers de la route. Mais, la constatation de telles anomalies a aussi des impacts négatifs sur l’environnement. C’est le cas du dysfonctionnement du freinage, des casses des vitres, de la mauvaise fixation des ressorts…

Quels sont les frais de la contre-visite ?

  • Une contre-visite visuelle ou une contre-visite simple coûte près de 15 €.
  • Une contre-visite étendue coûte 25 € en moyenne.
  • Une contre-visite externe coûte entre 25 et 35 €.
  • Une contre-visite complète coûte 40 € en moyenne.

Comment réduire les coûts de la contre-visite ?

Le seul moyen d’éviter des frais de contre-visite beaucoup trop onéreux est le bon entretien de votre véhicule. Une conduite douce et prudente. Cela vous évitera de repasser le contrôle de votre voiture. Si par mésaventure, vous êtes quand même tenu de réparer certaines parties de cette dernière, les réparations seront minimes et les contre-visites s’y afférant ne seront également pas trop chères.

Pour aller plus loin :  Comment changer un pneu de voiture soi-même ?

Un véhicule recalé lors d’un contrôle technique doit repasser une contre-visite après la réparation des éléments défaillants de celui-ci. C’est une obligation pour le propriétaire de procéder à ce second contrôle dont les frais sont estimés entre 15 et 40 €. Néanmoins, chaque automobiliste est encouragé à maximiser l’entretien de son véhicule pour éviter de passer par la contre-visite. Le contrôle technique avec contre visite est tout à fait évitable quel que soit le type de véhicule concerné.