Le radar pédagogique : une prévention routière efficace pour les automobilistes
Source : shutterstock.com

Les premiers radars pédagogiques sont apparus sur les routes françaises en juillet 2011. Aujourd’hui, ils sont légion dans la plupart des départements. Ces dispositifs suscitent souvent la méfiance des usagers de la route. Ils se distinguent pourtant des autres types de radars par leur apparence et leur mission. Néanmoins, l’objectif final reste le même, à savoir améliorer la sécurité routière sur tout le territoire. 

Qu’est-ce qu’un radar pédagogique ?

Un radar pédagogique se définit par sa fonction non répressive. En effet, cet outil sert uniquement à indiquer la vitesse des véhicules sur la route. Le conducteur pourra ainsi prendre conscience de sa vitesse et ralentir si nécessaire. Cette mesure préventive a fait ses preuves depuis son lancement en 2011. De ce fait, de nombreuses collectivités ont déjà adopté le radar pédagogique routier de panneau-de-signalisation.com.

Ce type de radar se reconnaît surtout à travers son écran d’affichage lumineux assez grand pour interpeller les automobilistes. Il indique en temps réel la vitesse du véhicule détecté par les capteurs intégrés. Le dispositif affiche généralement un champ d’action d’une centaine de mètres et une marge d’erreur d’environ 1 km/h. Selon le modèle, le radar peut être alimenté par :

  • L’éclairage public, souvent associé à une batterie de secours ;
  • Un panneau solaire, disposant également d’une batterie secondaire ;
  • Un raccordement au secteur.

Outre leur rôle préventif, les radars pédagogiques peuvent enregistrer les flux et les vitesses de passage des voitures sur une section donnée. Ces informations aident à dresser des statistiques et à connaître l’usage d’une route en particulier. Enfin, il est également possible de coupler le radar avec un panneau de signalisation. Cette option permet de s’assurer d’avoir toute l’attention des usagers de la route. 

Qu’est-ce qu’un radar pédagogique ?
Source : shutterstock.com

Comment fonctionne un panneau de radar pédagogique ?

Un radar pédagogique se base sur l’effet Doppler pour détecter les voitures présentes dans un rayon de 100 à 200 mètres. Il peut ainsi mesurer la vitesse d’un véhicule se déplaçant dans son champ d’action. La vitesse enregistrée sera ensuite indiquée aux conducteurs à l’aide d’un écran lumineux. En général, ces radars utilisent un code couleur familier aux usagers de la route.

L’affichage est en vert si le véhicule respecte les limitations de vitesse sur la voie en question. L’écran passe au rouge en cas d’excès de vitesse. Cette interface peut aussi afficher d’autres indications comme :

  • Un message d’alerte ou de sensibilisation sur les tronçons dangereux (par exemple : « ralentissez », « attention », « travaux »…) ;
  • Une estimation du nombre de points que le conducteur aurait pu perdre sur son permis ;
  • Des smileys pour encourager ou réprimander les vitesses enregistrées.

Grâce à ces messages personnalisés, le dispositif se démarque nettement parmi les différents types de radars installés dans tout l’Hexagone. L’idée est de responsabiliser la population au quotidien au lieu de verbaliser les moindres infractions. De cette manière, les conducteurs seront émotionnellement impliqués dans le respect du Code et des autres usagers de la route. 

Où le placer et comment l’installer ?

Au début, le radar pédagogique servait surtout à prévenir les automobilistes avant de passer à la verbalisation. Il était alors placé en amont des contrôles routiers et des radars fixes. Depuis 2013, les pouvoirs publics ont abandonné cette méthode au profit des panneaux d’annonce. Les radars pédagogiques sont dès lors devenus des outils de prévention à part entière. Aujourd’hui, ils se focalisent uniquement sur la conscientisation. 

En général, ces dispositifs sont déployés dans les zones de danger ou de vigilance. Il peut s’agir d’une voie à fort taux d’accidentalité à cause des excès de vitesse. Le radar peut aussi servir à inciter les conducteurs à rester prudents à proximité des écoles. Dans les agglomérations, cette solution permet par ailleurs de passer des messages pour sensibiliser les usagers de la route durant les heures de pointe. 

Pour installer ces équipements, il faudra d’abord contacter le ministère des Transports, plus précisément la Direction de la Sécurité routière. La démarche est le plus souvent réalisée par les municipalités, les collectivités territoriales ou encore les départements. Les établissements scolaires peuvent aussi demander l’installation de ce type de radar auprès des élus locaux. Ces derniers se chargeront ensuite d’effectuer les formalités nécessaires pour répondre à cette requête.

Où le placer et comment l’installer ?
Source : shutterstock.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici