Les véhicules d’aujourd’hui sont de plus en plus sûrs grâce aux technologies créées. Il devient par exemple facile d’éviter les accidents sans que cela impacte le confort. Les véhicules modernes sont ainsi équipés de systèmes complexes, communiquant entre eux pour offrir une conduite optimale. Dans cette catégorie, il y a l’ABS (système antiblocage des roues), le servofrein, l’ASR (anti-patinage des roues)… . Cela s’explique par le fait que ces dernières sont pratiquement les seules à être en contact direct avec la route.  Parmi les solutions récentes en la matière figure l’ESP ou Electronic Stability Program. Retrouvez dans cet article, l’essentiel à connaitre sur cette technologie.

C’est quoi l’ESP sur une voiture ?

L’ESP ou Electronic Stability Program peut aussi être appelé Electronic Stability Control.  Il se traduit par « correcteur électronique de trajectoire ». En gros, c’est une aide à la conduite qui est devenue obligatoire sur tous les véhicules neufs depuis 2012. Contrairement à l’ABS ou le servofrein, l’ESP se déclenche automatiquement. A rappeler que les deux premiers éléments ne s’activent que lorsque le conducteur actionne d’une certaine manière la pédale de frein.

L’ESP quant à lui, est capable de détecter un problème de trajectoire en se basant sur la réponse des roues par rapport au volant. Lorsqu’il s’active, un voyant (voiture au-dessus de traces de dérapage) sur le tableau de bord s’allume. Aujourd’hui, ce système d’aide à la conduite est installé en série sur les véhicules et non en option comme d’autres systèmes. L’expérience a démontré que c’est un élément indispensable de la sécurité des voitures. .

Cela permet de mieux contrôler la trajectoire de l’auto sur un sol glissant (mouillé) ou dans des situations critiques. C’est le cas par exemple, lorsqu’un virage est pris trop vite ou s’il y a besoin de réaliser une manœuvre d’évitement. Pour faire fonctionner le système, le véhicule dispose d’un calculateur (ordinateur) capable de déchiffrer ou de calculer les différentes données communiquées. Ces dernières lui sont transmises par divers capteurs (de roues, d’accélération transversale, de vitesse, d’angle du volant…).

Quand enlever l’ESP sur une voiture ?

En gros, lorsque les roues ne répondent plus correctement aux mouvements du volant, l’ESP entre en action. Ainsi, tout risque de sortie de route ou de perte de contrôle est considérablement diminué. Néanmoins, il arrive qu’enlever ce système soit nécessaire. Il est en effet possible de désactiver celui-ci manuellement. Sur les véhicules modernes, cela consiste à appuyer longuement sur un bouton dédié, placé au niveau du tableau de bord. Mais, sur certains modèles de véhicule, ce bouton n’existe pas. Il reste toutefois possible de le désactiver; il faut pour cela disposer de connaissances techniques approfondies.

Vous vous êtes certainement demandé pourquoi le désactiver s’il s’agit d’un système favorisant la conduite et la sécurité ? Sachez alors que cela est indispensable à toutes les personnes possédant des véhicules sportifs. Ces derniers ne peuvent, en effet, atteindre leur performance maximale si ce système vient à chaque fois corriger leur trajectoire.

En outre, l’usage de l’ESP peut dépendre des conditions extérieures. Il faut comprendre qu’il empêche tout dérapage ou patinage. Ainsi, si vous deviez démarrer sur du sable épais ou du gravier, il est préférable de le désactiver. De cette manière vous pourrez effectuer un léger patinage permettant au véhicule de se déplacer en augmentant le coefficient de friction des roues. Cependant, sachez qu’il est préférable que l’ESP ne soit inactif que temporairement. Le fait que ce système soit désactivé accentue les risques d’accident, surtout lorsque le véhicule est en pleine vitesse.

Pourquoi enlever ESP sur la neige ?

Comme pour ce qui est du gravier et du sable épais, de la neige tassée peut augmenter les difficultés à démarrer. Dans ce cas, il est conseillé d’enlever l’ESP pour pouvoir démarrer. Mais est-il indispensable de le déconnecter complètement lorsqu’il neige ou simplement le faire au démarrage ? Il faut rappeler que l’élément maintient le véhicule dès qu’il y a un risque de sur ou sous-virage. Sur route enneigée ou avec verglas, ces risques sont multipliés. Ainsi, l’ESP agit relativement bien quand le véhicule est déjà lancé sur la neige. L’activer après avoir pu démarrer est donc conseillé, car il peut vous aider en cas de perte d’adhérence. Les ESP les plus récents sont même capables d’autoriser, selon la position du véhicule, un certain patinage.

Cela permettra au conducteur d’obtenir plus de mouvement sur la neige. Si vous souhaitez optimiser votre sécurité en hiver, vous pouvez coupler l’usage d’ESP à des pneus hiver. En effet, ces derniers décuplent l’adhérence du véhicule et, par la même occasion, l’action de l’ESP. Ce sont, en d’autres termes, les pneus hiver qui améliorent l’effet des aides électroniques, comme l’ESP, et non l’inverse. Dans tous les cas, si vous constatez des dysfonctionnements d’ESP, pensez à contacter un professionnel automobile. Cela constitue après tout un dispositif de sécurité, .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici