Comment faire si la voiture ne passe pas au contrôle technique ?
Source : shutterstock.com

Le contrôle technique est obligatoire pour être autorisé à circuler sur les routes. Il concerne les véhicules de plus de 4 ans et se renouvelle tous les 2 ans après la première visite. Cette vérification sert à détecter les anomalies pouvant représenter une menace pour la sécurité routière ou l’environnement. De ce fait, les défaillances critiques ou majeures peuvent entraîner une interdiction de circulation. 

Mon véhicule ne passe pas au contrôle technique : que faire ?

Le contrôle technique vise à protéger les usagers de la route et l’environnement contre les voitures en mauvais état. Pour ce faire, il surveille 133 points de contrôles pouvant rendre une voiture dangereuse ou polluante. Votre véhicule passe la visite technique, si aucune anomalie majeure n’est constatée sur ces éléments. Dans le cas contraire, votre voiture est recalée et risque d’être interdit de circuler. 

Vous pouvez néanmoins revenir pour une contre-visite, si votre véhicule ne passe pas au contrôle technique. Cette opération permet de vérifier, si vous avez résolu les problèmes détectés durant la première visite. En effet, vous êtes toujours informé des points qui vous ont fait rater le contrôle technique. Vous disposez ensuite de 2 mois pour réparer la voiture et passer une seconde visite technique. 

Le délai en question est calculé à partir de la date du contrôle technique raté. Pour éviter les retards, n’attendez pas le dernier moment pour refaire la visite. De plus, la contre-visite dure moins longtemps que le contrôle technique initial. Le technicien se concentre uniquement sur les points de contrôle ratés. Il ne reviendra donc pas sur les 133 points de vérification pour préparer votre véhicule au contrôle technique

Selon le cas, la contre-visite peut durer une dizaine de minutes ou plusieurs heures dans les centres de contrôle agréés. La durée dépend notamment du nombre et de la gravité des défaillances constatées au cours de la première visite technique. Ces paramètres influent aussi sur la facturation de l’intervention. L’opération est souvent gratuite pour les contrôles simples et essentiellement visuels. Dans ce cas, vous ne subirez pas de surcoûts si votre véhicule ne passe pas au contrôle technique

Mon véhicule ne passe pas au contrôle technique : que faire ?
Source : shutterstock.com

Quelles sont les défaillances majeures du contrôle technique ?

Depuis 2018, les autorités ont durci les modalités du contrôle technique pour limiter les négligences et améliorer la sécurité routière. Ces changements ont globalement eu les effets escomptés. De plus, ils permettent à terme de rendre le parc automobile moins polluant et moins cher à l’entretien. Cette situation augmente toutefois les risques que votre véhicule ne passe pas au contrôle technique

Néanmoins, les pouvoirs publics ont défini 139 défaillances mineures pouvant être constatées, sans être recalé. Ces problèmes sont seulement notifiés à l’automobiliste après la visite technique. La personne concernée sera ensuite invitée à effectuer des réparations pour retrouver l’état d’origine de la voiture. En revanche, la contre-visite est inévitable pour 350 défaillances considérées comme majeures ou critiques. 

En cas de problème critique, vous devrez réaliser les réparations le jour même et passer ensuite une contre-visite. Vous risquez 135 euros d’amendes pour défaut de contrôle technique, si vous décidez d’ignorer cette injonction. En effet, votre carte grise ne sera plus valable le lendemain de la visite ratée. Vous serez donc pénalisé en cas de contrôle routier. Votre voiture peut même finir à la fourrière

Les dysfonctionnements majeurs, quant à eux, peuvent être réparés dans les deux mois prévus pour la contre-visite. La différence entre les deux réside dans la gravité des anomalies. Les problèmes sont critiques, s’ils touchent les organes essentiels pour la sécurité comme les freins, la direction, les pneumatiques… Les défaillances majeures ne sont pas pour autant négligeables. Il peut s’agir d’un problème :

  • D’identification (plaque absente, non éclairée ou illisible) ;
  • De visibilité (fissure de pare-brise, panne de feux, souci d’essuie-glace…) ;
  • D’usure avancée (pneus, transmission, pièces mécaniques…) ;
  • De fuites (liquides, réservoir, radiateur…) ;
  • D’intégrité de la structure (carrosserie rouillée ou endommagée, châssis altéré ou instable…).